Séance grossesse au Cap Ferret

Un moment privilégié en ce premier jour d'automne

une séance grossesse à l'océan

C’est avec une belle émotion que je vous partage ce premier article sur une séance grossesse, au Cap Ferret.
Quoi de mieux que de vous montrer cette séance qui a eu lieu le premier jour de l’automne, ma saison préférée !
Pour autant, nous avons eu la chance de profiter des dernières chaleurs de l’été, les pieds dans l’eau (et pas que!). Le tout, baigné des premiers rayons du soleil d’automne.
Suivez-nous en images, Melissa, Quentin, leur petit bout et moi.

Vous trouverez également une interview de ce couple attachant.
L’occasion ici pour moi, d’évoquer quelques réflexions au cours d’un échange avec Mélissa, sans langue de bois !
Comment peut se vivre une grossesse dans notre tête et notre corps ?
C’est important de pouvoir en parler en toute honnêteté. Même si parfois, on s’éloigne de la bonne parole idéologique, “sociétale-ment” correcte !
Alors si tu veux lire encore les même phrases toutes édulcorées niaises sur le fait d’être enceinte, comme partout ailleurs : regarde juste les images et ne lis pas !!

Parlez-moi de vous

Comment vous êtes-vous rencontrés ?

Nous nous sommes rencontrés en 6ème, au collège. Nous nous sommes retrouvés dans la même classe. Moi (Mélissa), j’ai eu un coup de foudre, et en rentrant à la maison j’ai dit à mes parents que j’avais rencontré l’homme de ma vie. Ça les a fit rire à l’époque.

Qu’est-ce qui vous a plu chez l’un et l’autre, racontez- moi votre coup de foudre, l’évidence !

Mélissa / Ce que j’ai aimé chez Quentin : son charisme, la sérénité qui se dégageait de lui, son aisance et sa beauté.
Quentin / Ce que j’ai aimé chez Mel : sa timidité, son caractère et sa façon de voir la vie.

Quelles ont été les étapes les plus fortes de votre couple ?

En 2013, nous avons participé au raid humanitaire 4L Trophy. Une sacrée aventure !
En 2016, nous avons acheté notre maison.
En 2017, nous participons à l’émission les Z’amour !
Puis en 2018 : notre mariage et cette année, en 2019, je tombe enceinte ! Finalement on a pris notre temps et on a fait les choses à l’ancienne (maison, mariage, bébé!).
Nous avons vécu des hauts et des bas, comme beaucoup de couples. Mais ce qui nous aide à passer les années, c’est que nous sommes fusionnels, que nous nous sommes construits ensemble, que nous évoluons ensemble et qu’à l’inverse de notre société de consommation actuelle, on se bat quand il le faut plutôt que de jeter l’éponge.

Parlons de ta grossesse !

Comment la vis-tu ?

Mélissa / Ma grossesse, je la vis de façon mitigée. Beaucoup de désillusions sur les attentes que j’en avais. Beaucoup de stress, de moments de solitude. Mais aussi beaucoup d’excitation, et d’amour !
C’est une grosse période de remise en question sur tous les plans : familiaux, amicaux, notre couple, la vision de la vie etc. C’est une période compliquée, mais extrêmement intéressante et enrichissante.
Comme tout changement, cela n’a rien d’évident et à mon sens le papa est essentiel dans ce moment-là. Il m’aide beaucoup à franchir ces étapes et il me rassure. C’est un moment de grande vulnérabilité.
Physiquement ce n’est pas évident non plus. Je suis à 6 mois de grossesse et 12 kilos en plus. Sans compter certaines contraintes. Comme… l’alcool ! Pour moi c’est le vin rouge qui me manque le plus ! Mais encore : l’alimentation, la fatigue, le sport…

Barbara / Je partage pas mal de point de vue. Presque 3 ans après et avec le recul, je reconnais l’énorme chance que j’ai eu de vivre une grossesse sans problème. J’ai, aujourd’hui un beau souvenir de belle connexion avec moi-même. Cette sensation d’être centrée sur son petit-être et soi, à l’écoute de son corps, de façon très naturelle, saine et bienveillante. Parfois ce souvenir me rend nostalgique. Mais soyons clair, le quotidien est quand même peu glamour : entre les problèmes de peau suivant les périodes hormonales, les problèmes digestifs… !! Effectivement le vin me manquait, qu’est-ce que je te comprends ! Le bon fromage au lait cru aussi (je me souviens avoir pleuré quand le père de ma fille, pensant me faire plaisir, n’avait pas fait attention et n’avait acheté que des fromages non pasteurisés. J’ai cru qu’il l’avait exprès ! Merci les hormones !)
Et physiquement… Le dernier trimestre était épuisant ! Je marchais à une allure qui aurait fait rire ma grand-mère. Je devais dormir sur un matelas posé sur le canapé convertible ! Prendre un bain était un calvaire, mettre ses chaussettes seule ? Impensable… ! Et côté féminité : bonjour les jogging et vestes en laine accrochées par une broche !

Cela me permet de te demander : comment te sens-tu plus exactement, dans ce corps en transformation, pour devenir maman ?

Les jours passent et j’apprends à me familiariser avec. Je trouve ça fou l’amour que je porte à mon fils, que je n’ai encore jamais rencontré. Je trouve ça dingue d’observer un corps qui en crée un autre. La moitié de son papa et de moi. Je ne vois plus ce corps comme une enveloppe sexualisée et sensuelle.
Je le vois comme le nid de mon bébé, comme s’il ne m’appartenait plus vraiment. Je ne sais pas vraiment comment définir cette sensation. J’accepte cette situation parce qu’il abrite notre petit être, mais je pense que je vais être contente de retrouver mon identité physique (que ce soit sur le plan esthétique ainsi que fonctionnel) !
La seule chose qui va me manquer, c’est le fait d’avoir le privilège sur les premières sensations ressentis (qu’il bouge, qu’il se développe en moi, que nous ayons un lien privilégié).

Et par rapport au monde extérieur ?

C’est compliqué. Combien de fois j’entends : être enceinte n’est pas une maladie !! Oui et non ! Non ce n’est pas une maladie, souvent c’est par choix et par amour. En revanche, toutes les transformations que nous vivons, sont loin, très loin d’être facile. Ce n’est pas pour rien que cette période est une période charnière. Certaine femme ont la chance de le vivre bien à 100% mais hélas ce n’est pas le cas de toutes les femmes au contraire. Alors il faut se blinder, laisser couler, même si ce n’est pas facile. Les gens ne savent pas de quoi ils parlent, c’est tellement propre à chacun. Disons que cette période permet de faire du tri dans sa vie. Et de s’affirmer.

Barbara / C’est en ce sens que je trouve important les moments pour soi. Je me sens chanceuse d’offrir et partager une séance où l’on se recentre sur son couple, son corps et l’amour que l’on partage à 3.

Comment avez-vous reçu cette séance ? Comment vous sentiez-vous avant, pendant, après ?

Quentin / J’ai vécu la séance photo comme quelque chose de plutôt stressant au départ, car je ne suis pas à l’aise avec cet exercice.
Mais au fil de la séance j’ai fini par me détendre. Je suis content de l’avoir fait !

Mélissa / Je n’ étais pas vraiment stressée pour cette séance photo. Surtout la façon dont les choses ce sont mises en place. Je l’ai pris comme un joli cadeau et j’en ai profité. J’aurais aimé que cela dure encore plus longtemps !

Votre sentiment au moment de recevoir et voir les photos ? Ça fait quoi de se voir en photo ?!

Quentin / A la réception des photos, j’étais content. Elles sont belles et reflètent l’amour qui nous unis.

Mélissa / J’ai trouvées les photos très belles. J’ai découvert ce corps et ses changements.
J’étais contente et émue. Et je me suis dis que ce qui nous attend est un « truc de OUF » !!

Je remercie chaleureusement Mélissa et Quentin pour avoir accepté le partage de nos échanges au moment de cette séance grossesse et encore après.

Pour réservez votre séance, envoyez-moi un petit mot ici !

Lieu : Cap Ferret – Gironde – Nouvelle Aquitaine
Robes :
Location de Robe Grossesse à St Médard en Jalles et dans toute la France
Portfolio de la séance : clique ici